CAP SUR LES LEGISLATIVES

 

lr francois baroin 20170129 1900x1200 2

 

 

 

 

Chers amis,


Après avoir procédé à l'installation d'un comité de campagne présidé par Christian JACOB, le Bureau politique des Républicains, réuni ce jour, a désigné François BAROIN en tant que Chef de file de l'équipe de la droite et du centre pour les élections législatives. L'équipe de campagne sera composée d'une quarantaine de membres représentant toutes les sensibilités de notre famille politique et de l'UDI. La première réunion aura lieu dès ce mercredi.


Par ailleurs, Éric WOERTH poursuit ses travaux au sein d'un comité de projet pour les élections législatives qui se réunira également dès ce mercredi. Le projet d'alternance pour les législatives sera soumis à l'approbation du Bureau politique des Républicains qui se réunira la semaine prochaine.




Bien fidèlement,


Bernard ACCOYER,
Secrétaire général des Républicains

 

 

 

 

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 07 87 51 77 45

 
 
Sortie de l'euro... Quelles conséquences pour la France?
 

La grande majorité des Français est opposée à une sortie de l'euro et à un retour au franc.

 

Dans un sondage Elabe pour « Les Echos », (réalisé  les 7 et 8 mars auprès d'un échantillon de 1.001 personnes), près des trois quarts des Français, 72 % exactement, ne sont pas favorables à une sortie de l’euro.

 

La sortie de l'euro et de l'Union européenne n'en fait toujours pas moins partie du programme de Marine Le Pen dont c'est un pilier.  

 

Pour Marine Le Pen, « les médias utilisent la stratégie de la peur » pour déconsidérer son programme économique.

Pourtant la sortie de l’euro signerait la ruine des épargnants français et de la France

 
  • Une sortie de l’euro entrainerait d’abord une baisse de la valeur de la monnaie, de l’ordre de 20%
  • En conséquence :
 
    • les retraits d’espèces seraient limités, pour éviter les retraits massifs d'argent
    • le pouvoir d’achat des Français chuterait : près 2000 euros de perte de pouvoir d’achat par an à cause de la hausse du coût des produits importés
    • la valeur de l’épargne des Français chuterait, de l'ordre de 20%
    • les mensualités de crédit augmenteraient 
    • le chômage exploserait : 500 000 emplois seraient supprimés à cause de nombreuses faillites d’entreprises pénalisées par la hausse des taux d’intérêt
    • le pays serait plongé dans une récession économique grave (entre -3% et -9% du PIB)
    • l’Etat serait dans l’impossibilité de financer ses dépenses à leur niveau actuel, ce qui remettrait en cause le maintien des services publics (éducation, santé..)
    • les banques et assurances seraient fragilisées